En février, vingt stagiaires se sont engagé.e.s pendant une semaine dans la formation initiale d’animateurs des petits débrouillards Grand Ouest organisée à Rennes. Parmi eux, des volontaires en service civique, des professionnel.le.s du monde éducatif ainsi que des curieux.euses de sciences. Au delà des parcours et formations diverses des participant.e.s, tou.te.s ont partagé la même envie : apprendre la démarche scientifique et ludique par l’animation d’ateliers ludiques. Deux formateurs des petits débrouillards, Quentin et Pierre-Yves, ont encadré ce groupe. Retour sur cette semaine riche de découvertes scientifiques, que nous avons eu la chance de suivre !

Apprendre à faire des sciences en s’amusant

Le début de semaine a été consacré à une introduction au monde de l’animation, avec une découverte des différentes démarches scientifiques et de l’approche de pédagogique des petits débrouillards, le tout illustré en pratique par des expériences. En se mettant à la place des enfants, les apprenant.e.s ont compris les notions clefs d’une animation scientifique, et surtout ce qui en fait un moment d’apprentissage ludique. « Beaucoup des exercices proposés pendant la formation permettent aux stagiaires d’apprendre à s’adapter aux différentes cadres d’animation, aux publics animés ainsi qu’aux thématiques », explique Pierre-Yves, animateur et formateur aux petits débrouillards, plus connu sous le nom de Pierro. Par exemple, une des activités de la formation consistait à expliquer a un extra-terrestre un objet banal, telle qu’une bouteille. « En jouant avec l’objet, en le faisant découvrir dans son environnement, on permet au plus grand nombre de participer, y compris si certains membres du public sont des personnes mal-voyantes, mal-entendantes, ou avec des notions différentes des couleurs ou des sonorités. », complète Pierro. Au final, cette formation est un moment privilégié pour réfléchir et s’interroger en groupe et individuellement aux rapports Sciences-Société.

Première mise en pratique

Le mercredi, les stagiaires sont entré.e.s dans le concret avec la préparation d’un atelier d’animation sur la thématique de l’eau pour les enfants de 3-5 ans, puis une présentation au groupe afin de recueillir les avis de chacun.e. « L’objectif est ici d’apprendre à critiquer un déroulé d’animation de manière constructive et de prendre en compte les retours afin de pouvoir l’améliorer. Car demain, c’est le jour de la mise en pratique auprès des enfants du centre de loisirs Louise Michel de Rennes », détaille Quentin, formateur aux petits débrouillards. « Pour moi, la priorité est de faire manipuler les enfants au maximum », s’enthousiasme de son côté Mario, nouveau stagiaire aux petits débrouillards de Nantes, qui a déjà de l’expérience en animation. Mais pour d’autres stagiaires, ce sera l’heure du premier vis-à-vis pédagogique, une interaction souvent un peu intimidante et qui demande de la préparation.

Jeudi, le jour J arrive. Le matin, les stagiaires finalisent leurs animations, puis ils rejoignent les enfants au centre Louise Michel. Durant tout l’après-midi, les enfants tournent en petits groupes pour découvrir les expériences. Sur chaque atelier de 45 minutes, un binôme d ‘animateurs.trices présente leurs thématiques, interagissent avec les enfants et les laisser manipuler les différentes expériences. « Tu te rends compte : on fait en dix minutes ce qu’il fallait faire en quarante-cinq. Clairement, on a été trop vite. Maintenant, il va falloir improviser »,  nous explique Jonathan, un des animateurs-apprentis dont c’est la première animation avec des enfants.

À la sortie de cette journée, le ressenti général du groupe est plutôt positif, cette première expérience ayant été beaucoup moins stressante qu’ils ne l’avaient anticipé. Un bilan que partagent Quentin et Pierro, les deux formateurs. Le lendemain, vendredi, c’est le temps des restitutions en groupe : mise en commun des ressentis, pistes d’amélioration des compétences et des déroulés pédagogiques, travail sur les postures d’animation vue la veille.

Après cette semaine de formation intensive, la plupart des animateurs.trices en ressortent avec plus de confiance en eux/elles et plein de nouvelles informations et ressources pour continuer d’animer des ateliers scientifiques. De notre côté, on remercie chacun.e pour ces cinq jours passés avec eux, et on leur souhaite de continuer à expérimenter et faire découvrir les sciences de manière ludique, auprès du plus grand nombre !

Pour en savoir plus sur la formation initiale d’animateurs.trices, c’est par ici.