Le numérique ? Genre !

En cette première semaine de vacances scolaires, notre camion-laboratoire Evan est parti à la rencontre des jeunes de Loire-Atlantique. Les animateurs.trices des Petits Débrouillards ont proposé aux jeunes (et moins jeunes) d’explorer l’univers du numérique tout en s’interrogeant sur les stéréotypes de genre.

Le Science Tour des petits débrouillards est un outil de mobilisation et d’éducation aux sciences à destination du grand public et des communautés éducatives. Depuis cinq ans, les 12 camions-laboratoires composant le dispositif ont sillonné toute la France, s’installant sur les places et esplanades avec plus de 1500 villes-étapes sur tout le territoire, et un réseau de plus de 250 médiateur.ice.s scientifiques. –

 

Pour ce Science Tour Numérique, Evan s’est installé à Sautron, Cordemais, Notre Dame des Landes et Saint-Nazaire. Tout au long de chaque journée, notre équipe s’est appuyée sur deux supports d’activités :

  • Le camion-Fab Lab, Evan le Van, qui accueille les jeunes et les familles autour d’expériences, de découvertes, de fabrication numérique et de jeux.
  • La mallette pédagogique « Mission H : être humain, vivre ensemble » qui permet d’explorer et de débattre sur les questions de préjugés et de stéréotypes.

Des journées riches en explorations : des différents métiers du secteur aux basiques de la programmation, en passant par la découverte des grandes inventrices du monde numérique, et tout ça en s’amusant !

Les jeunes ont ainsi fait la connaissance de Thymio, notre robot éducatif. Après quelques exercices de programmation, le codage devient un jeu d’enfant !

Un Science Tour synonyme de découvertes aussi bien numériques que sociales et sociétales. Notre bénévole Elsa s’est entretenue avec certains participants :

Maëlis et Léa, 10 ans, ont avoué qu’elles ne connaissaient pas l’Intelligence Artificielle avant. Elles ont apprécié le côté ludique des expériences, et aimeraient faire un métier où elles seraient “un peu sur l’écran, mais pas tout le temps” (Maëlis). Elle ajoute qu’elle “aimerait bien programmer des robots […] mais sans qu’ils nous assistent et envahissent notre quotidien.” 

Pour Maxime et Mathis, 11 ans, la journée leur a permis de prendre du recul sur les préjugés qui existent dans ce secteur mais aussi dans la société en général.

Maxime : “On a appris que des fois ce sont les filles les plus fortes et les garçons aussi. Que tout le monde peut faire du sport, même les filles.”

Mathis : “On a appris l’égalité entre les garçons et les filles.”

Elsa : “Vous ne le saviez pas avant?”

Mathis : “Si un peu mais on l’a quand même appris un peu plus. On a découvert des personnes qu’on ne connaissait pas.”

Mathis : “On a fait un Qui est-ce? avec des filles connues […] pour avoir inventé des choses, fabriqué des choses.”

Mathis et Maxime ont ainsi découvert les noms et les visages de grandes inventrices de notre société.

Elsa : “Pourquoi dans ce secteur il y a plus de garçons?”

Maxime : “Parce qu’ils croient que ce sont eux les plus forts.”

Mathis : “Parce que les filles croient que les garçons sont un peu plus élevés dans ce domaine là…”

Maxime : “… et qu’elles sont moins intelligentes.”

En conclusion de ces temps passés ensemble, ce Science Tour Numérique a été aussi enrichissant pour eux que pour nous ! Les futures générations, baignées dans la technologie, ont su nous surprendre de part leur maturité sur certains sujets et leurs compétences.

Et comme on dit, la vérité sort souvent de la bouche des enfants :

Elsa : “Ca vous surprend qu’il y ait moins de filles dans ce secteur ?”

Maxime : “Bah oui parce que ça pourrait être l’inverse. On est tous égaux.

 

Cette tournée est soutenue par le Conseil Départemental 44, la DRDJSCS, la CAF, le FEDER Pays de la Loire et les communes d’accueil.