Créée par Les petits débrouillards Grand Ouest, “Bi(eau)diversité à votre service !” est une exposition itinérante qui vise à proposer des manipulations ludiques et des contenus scientifiques sur les services rendus aux êtres humains par les écosystèmes aquatiques en Normandie. Ogier Maillard, référent de l’antenne Normandie, est l’un des concepteurs de ce nouvel outil pédagogique. Il nous explique ses tenants et aboutissants.

Les petits débrouillards Grand Ouest ont déjà créé plusieurs expositions sur la thématique de l’eau, qu’est-ce qui différencie celle-ci ?

Cette nouvelle exposition est inédite, par son ancrage local normand d’une part, et par son approche sur les systèmes écosystémiques d’autre part. En Normandie, nous n’avions pas encore d’outil pédagogique régional. En partenariat avec l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, notre financeur principal, nous avons souhaité pallier ce manque. Quant à l’approche spécifique sur les services écosystémiques, elle a émergé suite au travail préalable effectué par l’Agence régionale de la biodiversité et du développement durable, avec des scientifiques et des collectivités. La question de la limitation de notre impact sur l’environnement y est abordée par le prisme de l’économie régionale. Nous avons voulu valoriser et partager ces résultats en créant un outil pédagogique, et notre choix s’est porté sur une exposition ludique et itinérante.

Les systèmes écosystémiques, qu’est-ce que c’est ?

C’est une approche économique, autour de la notion des bénéfices apportés par les écosystèmes, dans le cadre des activités humaines. Il s’agit de mettre en avant le rapport que nous entretenons au quotidien avec notre environnement. Les services écosystémiques sont divisés en quatre groupes : les services culturels (les sites touristiques liés à l’eau comme le Mont Saint-Michel ou le château Gaillard, les paysages ayant inspiré les peintres impressionnistes tels Monet ou Boudin, ou encore les parcs naturels et sites de loisirs…) ; les services d’approvisionnement c’est-à-dire les produits que les humains tirent des écosystèmes aquatiques (poissons, plantes aquatiques ayant un bénéfice pour la santé…) ; les services de régulation, qui correspondent à la régulation des processus physiques et chimiques et permettent le maintien des écosystèmes (prévention des risques naturels (inondations, sécheresse), purification de l’eau (traitement des eaux usées), conservation de la biodiversité (refuges de pollinisateurs…)) et enfin, les services de soutien qui créent les conditions de base au développement de la vie sur Terre (formation des sols, production primaire, air respirable, etc)

Avec quels acteurs avez-vous travaillé pour la conception de cette exposition ?

La conception d’outils pédagogiques est au cœur des missions de l’association et nous nous appuyons pour ce faire sur un réseau d’acteurs scientifiques pluriels. Pour cette exposition, au-delà des travaux déjà cités, nous avons utilisé les données du groupe normand du GIEC, qui a publié un rapport régional, avec des perspectives sur l’évolution du littoral, les nappes phréatiques en région, le climat dans les terres normandes… Nous avons également exploité les données publiques de l’Ifremer. Le département de géographie de l’Université de Caen nous a alimentés sur les questions de ruissellements en milieux urbains et ruraux. Nous avons également eu de nombreux échanges avec le Groupe Mammalogique Normand, spécialisé dans les mammifères. Évidemment, nous avons travaillé de concert avec nos collègues du Grand Ouest, qui ont une expertise sur cette thématique et ont développé d’autres outils dans l’association, comme l’exposition 20000 lieues aquatiques.

Le sujet est relativement complexe, comment parvenir à le rendre accessible  ?

Le sujet peut faire peur en effet ! (rires). Grâce à notre savoir-faire, l’exposition est une exposition grand public, accessible aux jeunes, dès le collège, avec des activités intuitives et pédagogiques. Tout d’abord, l’exposition repose sur des visuels, des personnages, un graphisme très attractif, réalisés par l’illustrateur Maxime Belloche, qui réside à Caen. Elle attire l’œil. En outre, elle est conçue pour être interactive, pour que le public manipule les modules. En devenant acteur.rice.s, les participant.e.s parviennent à appréhender des concepts complexes. Par exemple, un des modules propose des activités sensorielles pour aborder la notion de services d’approvisionnement autour des plantes. A travers un herbier, le public découvre des plantes aquatiques, en les sentant, les touchant, les regardant. Un système de boutons-poussoir permet également une participation assez intuitive. Trois de nos modules s’appuient sur des applications numériques, développées en partenariat avec l’école d’ingénieur.e.s de Caen, l’ESIX.

Où pourra-t-on voir cette exposition ?

Cette exposition est une boitothèque composée de 11 modules en bois. C’est un format idéal pour l’itinérance sur le territoire normand, modulable, adaptable et qui convient en intérieur ou en extérieur. Elle a déjà commencé à circuler l’été dernier via les Sciences en Bas de Chez Toi et le Science Tour, avec une partie des modules et des animations sur la thématique de l’eau. Nous prévoyons d’inaugurer l’exposition début  2023 et aspirons à ce qu’elle sillonne le territoire en 2023 et touche un maximum de jeunes ! Tous les types de lieux d’accueil peuvent être envisagés. C’est un outil très intéressant pour alimenter une réflexion citoyenne autour de l’aménagement du territoire, l’exploitation des ressources, le réchauffement climatique.

 

Vous souhaitez héberger l’exposition ? Contact : Ogier Maillard, coordinateur / référent de l’antenne de Caen –  o.maillard@debrouillonet.org – 02 31 94 87 02 / 07 79 90 64 17

En savoir plus sur l’exposition : https://www.lespetitsdebrouillardsgrandouest.org/services/expositions-interactives/bieaudiversite/

L’exposition a reçu le soutien de :